GENDARMERIE 16 UNITÉS / RUE DE LA JOUBRAIS – PONTCHÂTEAU (44)


Maître d’ouvrage : COMMUNAUTÉ DE COMMUNE DE PONTCHÂTEAU- ST GILDAS DES BOIS
Programme : CASERNE ET MAISONS
Coût : 3 316 000 euros HT
SU caserne : 554 m2 SHAB logements : 1 431 m2
Equipe : 4.19 (architecte associé) / C. Lemonnier (économiste) / BEC (BE fluides) / OUEST STRUCTURES (BE structures) / SERDB (BE acoustique)
Phase : Projet livré en mai 2020
Niveau de performance : HQE
Mission : complète base loi MOP + OPC

ORDRE / RIGUEUR / PROTECTION ET ACCUEIL

Les trois premiers mots sont les mots clef qui ont été donnés au départ du projet. A ces valeurs, nous avons souhaité associer la notion d’accueil. Pour nous, concevoir une gendarmerie, c’est avant tout résoudre l’ambiguïté entre protection et accueil du civil.

 

Nous avons travaillé autour du thème de la clôture. C’est cet élément, très présent dans le programme, qui nous a servi de fil rouge. La clôture est une séparation, une limite mais aussi un guide qui emmène vers le passage, vers l’ouverture. Elle peut être opaque ou ajourée, haute ou basse, végétale ou construite. Nous avons traité la clôture comme une matière offrant les transparences nécessaires à l’accueil et la protection physique indispensable au projet. Nous avons pensé l’ensemble de la caserne : bureaux, cour et garages, comme un seul volume.

La caserne est entourée d’une maille métallique blanche perforée qui renvoie une image de sécurité. Cette peau reproduit par pixellisation la végétation du site existant. Le blanc est un champ chromatique qui donne une impression de luminosité. Le monolithe-monochrome renforce la posture de rigueur, d’ordre et de protection de cet équipement spécifique.

Afin d’affirmer la vocation de lieu public, l’entrée de la caserne se fait depuis un parvis. Ce n’est pas simplement un lieu de stationnement. Il permet de mettre en scène l’arrivée à la gendarmerie avec solennité.

L’accès des véhicules de services est latéral. Le passage sous la casquette perforée marque l’entrée à la cour de manière architecturale. La cour est dessinée, elle n’est pas l’espace résiduel entre les bâtiments. Un suspect ou un détenu arrivant en ressentira la solennité. De part son caractère digne, elle sera propice à recevoir les cérémonies et les moments de vie liés à la caserne.

CREDITS

Photographies : Luc Boegly 

pinterest
testPin on PinterestShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn